GRDF Questions d'énergie #

Le gaz, une énergie d'avenir

Par Ooreka

Retour à l'accueil

Le gaz naturel est-il « naturel » ?

On parlait jadis de « gaz de ville » ; on dit désormais « gaz naturel ». S'agit-il de la même énergie ? En réalité, le nom « gaz de ville » a perduré par abus de langage, mais il désignait à l'origine un gaz produit à base de houille, dans des usines à gaz. Depuis les années 1960, il a été remplacé progressivement par du gaz naturel, dont les caractéristiques physiques sont différentes.

Qu'est-ce que le gaz « naturel » ?

Comme le charbon et le pétrole, le gaz naturel est une énergie qui provient de gisements souterrains. Le gaz naturel provient de la transformation de la biomasse (arbres, plantes, animaux, micro-organismes) enfouie depuis plusieurs milliers ou millions d'années. C'est une source d'énergie dite primaire, car elle peut être consommée en l'état, sans transformation après extraction (contrairement à l'électricité qui est fabriqué dans une centrale à partir d'un combustible).

Le gaz brut extrait est composé essentiellement de méthane, mais contient une quantité variable d'autres composants (principalement de l'eau, d'autres hydrocarbures, des composés soufrés et du CO2). Il est ensuite épuré par une série de traitements, et odorisé avant son injection dans le réseau.

Quels sont les avantages du gaz naturel ?

Le gaz naturel est l'énergie fossile qui émet le moins de CO2. Son transport jusqu'au lieu de consommation se fait par gazoducs et conduites souterraines, ce qui entraîne moins de pollution qu'un transport par la route.

Pour répondre aux besoins grandissants de la population mondiale, les ingénieurs ont mis au point le GNL (gaz naturel liquéfié). En abaissant la température de celui-ci à environ –160 °C, le gaz est rendu liquide, ce qui réduit 600 fois son volume. Il peut ainsi être transporté plus facilement, par exemple par bateau méthanier d'un continent à l'autre.

Bon à savoir : Le GNL est également utilisé comme carburant pour certains véhicules.

Autre avantage du gaz naturel, ses réserves sont abondantes (plus de 60 ans, et même plus de 200 ans en comptabilisant l'ensemble des ressources disponibles à long terme) et réparties géographiquement. Environ la moitié du gaz importé en France provient d'Europe.

Les sources d'approvisionnement en gaz naturel

Quelles sont les ressources de gaz naturel dans le monde ?

Compte tenu des nouveaux gisements découverts chaque année, les réserves prouvées de gaz naturel ont doublé en vingt ans, suivant la production mondiale, ce qui fait que le stock évalué à environ 60 ans de réserves reste stable d'année en année.

En cumulant les réserves prouvées avec les réserves estimées de gaz conventionnels et non conventionnels, l'Agence Internationale de l'Energie évalue en 2014 les ressources de gaz naturel à plus de 200 ans de production, au rythme actuel. Ces réserves sont dans leur ensemble assez bien réparties dans le monde : 29 % en Europe-Eurasie, 25 % en Amérique 17 % au Moyen-Orient, 17 % en Asie-Pacifique, 13 % en Afrique.

D'où vient le gaz naturel consommé en France ?

En France, la totalité du gaz naturel utilisé est aujourd'hui importée. Notre pays compte plusieurs fournisseurs aux premiers rangs desquels la Norvège (42 % des importations en 2015) et les Pays-Bas (11 %) , selon le Ministère de l'Environnement, de l'Energie et de la Mer / Service de l'Observation et des Statistiques (SOeS) – Bilan énergétique de la France en 2015 . La Russie (11 %) et l'Algérie (9 %) sont les autres principaux fournisseurs même si leur part est en déclin ces dernières années au profit des pays européens et d'autres régions du monde. Ce portefeuille diversifié permet à la France de réduire les risques, notamment géopolitiques, en sécurisant différentes sources d'approvisionnement en gaz.

Si la production classique de gaz naturel est nulle en France depuis la fermeture du gisement de Lacq en 2013, le pays se lance par ailleurs dans une politique de développement du biogaz issu de la méthanisation des déchets bio-dégradables. Ce biométhane peut aujourd'hui être utilisé localement près de son lieu de production ou être injecté dans le réseau de gaz naturel après épuration.

A l'horizon 2050, selon différents scénarios publiés dans le cadre du Débat National sur la Transition Energétique, 50 à 70% de la consommation de gaz naturel pourrait être assurée par des gaz « verts » en provenance de différentes sources : méthanisation de déchets, gazéification de biomasse, valorisation des micro-algues, hydrogène issu de la transformation d'excédents d'électricité renouvelable.

Comment le gaz naturel arrive t-il chez vous ?

Les importations de gaz naturel en France se font en 2014 à 87 % par gazoduc via plusieurs points d'interconnections frontaliers situés au nord-est et dans le sud permettant d'acheminer le gaz en provenance des pays d'Europe et de Russie. Les autres importations (13 %) se font par bateaux qui livrent leurs cargaison de gaz naturel sous forme liquéfiée (GNL) aux terminaux méthaniers situés dans les ports de Montoir de Bretagne (près de Nantes), Fos-sur-Mer (près de Marseille) et bientôt Dunkerque. Le GNL arrivant par cette voie est ensuite regazéifié avant d'être injecté dans le réseau français. Cette diversité des voies d'acheminement contribue à la sécurité d'approvisionnement du pays.

A partir de son entrée sur le territoire national, le gaz naturel est acheminé par le réseau de transport géré en France par GRT gaz et, pour la zone Sud-ouest, TIGF. Ces 30 000 km de canalisation représentent les « autoroutes » du gaz. Elles alimentent ensuite le réseau de distribution de gaz naturel qui dessert les utilisateurs dans les 9500 communes raccordées.  Ce réseau représente au total près de 200 000 km de canalisations gérées en France par GRDF ou une entreprise locale de distribution dans certains cas.

Une quinzaine de stockages souterrains de gaz naturel répartis sur le territoire français complètent les infrastructures et permettent d'assurer l'équilibre entre l'offre, c'est-à-dire les approvisionnements réguliers tout au long de l'année, et la demande qui peut elle varier selon les saisons. En pratique, ces réservoirs sont remplis durant l'été et déstockés sur le réseau si nécessaire durant l'hiver, permettant ainsi de faire face aux pointes de consommation des hivers les plus rigoureux.

Les 5 bonnes raisons de choisir le gaz naturel

Le « biométhane », un gaz 100 % bio ?

Le biométhane, c'est quoi ?

Dans la nature, les composés organiques tels que le bois ou les végétaux fabriquent naturellement du méthane en se décomposant. Cela s'appelle le « biogaz ». En appliquant et en développant ce principe de récupération de gaz aux déchets domestiques, agricoles et industriels, il est possible d'obtenir une grande quantité de biogaz, source d'énergie 100 % renouvelable.

Pour obtenir à partir de ce gaz un combustible pouvant être injecté dans les réseaux de distribution, il faut lui faire subir une épuration poussée qui le débarrasse des composés indésirables, tels que l'eau, le CO2, etc. On appelle biométhane le gaz obtenu. Plus d'informations sur le biométhane sur grdf.fr

Les avantages du biométhane

  • C'est une énergie renouvelable issue de sources quasi inépuisables (déchets agricoles et ménagers notamment)
  • Il a les mêmes propriétés et usages que le gaz naturel (chauffage, eau chaude, cuisson...).
  • La mise en place d'unités de méthanisation locales permet de créer des synergies de long terme entre les acteurs locaux  (collectivités, industriels, agriculteurs) avec des emplois non délocalisables.

Les perspectives d'injection dans le réseau sont importantes grâce au développement de plusieurs filières de production : de quoi répondre aux besoins du plus grand nombre. Fin 2016, une vingtaine de sites injectent déjà du biométhane, ou sont en construction ou à l'étude.

La présence du biométhane est en augmentation dans les réseaux. Choisir aujourd'hui le gaz naturel, c'est disposer demain d'une énergie de plus en plus vertueuse.