Pourquoi faut-il maintenir la température en cas d'absence ?

Question détaillée

Question posée le 25/01/2013 par Anonyme

Je comprends parfaitement que réchauffer une maison est énergivore. Mais pourquoi maintenir la température quand on est pas là ?

Pour moi, chauffer c'est introduire des calories qui s'échapperont du logement en relation directe avec la différence de température (intérieur vs extérieur) et de la durée. Donc plus la différence de température est faible, moins on perd des calories. A différence nulle, consommation nulle.

De plus, un mètre cube de gaz produit N kilocalories, que se soit pour maintenir la température ou la relever.

J'aimerais comprendre pourquoi il faudrait maintenir la température en cas d'absence de courte durée.

D'avance merci 

Signaler cette question

23 réponses d'expert

Réponse envoyée le 28/01/2013 par Banzaï

Bonjour
C'est du bas calcul basique d'énergie et d'inertie thermique.
Si votre absence est de courte durée (moins de 15 jours par exemple) l'énergie que vous allez consommer (chaudière à fond) pour remonter la température des pièces ET des murs ET du sol ET du plafond sera supérieure à celle consommée en maintenant une température normale basse à 2 à 3° de moins que la normale habituelle.
J'évalue en moyenne à 1 semaine minimum pour que l'enveloppe des pièces (sol/murs/ plafond) reprenne sa température normale. Entre les 2, toute coupure ou baisse nocturne du chauffage se traduit par une chute très très rapide de la température de la pièce ... car l'enveloppe absorbe les calories de la pièce. L'enveloppe n'effectue pas encore son rôle d'inertie thermique.
Au delà d'une certaine durée d'absence la seule notion à conserver est le hors gel (environ 7 °C).
Tous ces paramètres de durée dépendent de votre région et du niveau des basses températures.

Signaler cette réponse
2

personnes ont trouvé cette réponse utile

0 commentaire

Réponse envoyée le 28/01/2013 par Ancien expert Ooreka

Vous évoquez de bas calcul. Je ne connais qu'une formule qui donne la consomation en fonction de la déperdition par élément invividuel: mur, plafond, sol, fenétres, .... plus pont thermique et renouvellement d'air
surface X différence de température X durée X coefficient d'isolation
Si un élément est nul, le total est forcément nul. Si la différence est plus faible, la déperdition sera plus faible.

Je comprend l'inertie d'une masse en mouvement mais je ne croit pas que cela s'applique à des calories.

Pouvez vous me détailler les formules applicables ?

J'ai isolé ma maison, plafond, vitres, murs et serais heureux de poursuivre dans la bonne voie.

Signaler cette réponse
1

personne a trouvé cette réponse utile

1 commentaire

Commentaire posté le 28/01/2013 par Banzaï

Alors si vous êtes capables de calculer ces déperditions pourquoi posez vous la question ici ?
L'isolation c'est bien .... mais isolant ou pas, le froid pénétrera (ou la chaleur partira) bien finalement au bout d'un certain temps qui dépendra de l'isolation et de l'écart de température ! Prenez un chalet avec 1 m d'isolant et chauffé à 20 °C puis coupez le chauffage et revenez 15 jours après une bonne période de froid style Jura - 20°C !!!!! Cela m'étonnerait qu'il y fasse bon !
"L'inertie ne s'applique pas à la température" .... c'est de la physique nouvelle ça ?
Chauffez un bloc de fer de 1 tonne à 100 °C et mettez le dans votre maison .... ensuite faites la même chose avec un bloc de fer de 1 kg .... avec lequel vous maintiendrez une bonne température dans votre maison.
L'inertie thermique est la base de tous les radiateurs à accumulation voire de ceux pompeusement indiqués à chaleur douce ou à inertie.

Signaler ce commentaire

Réponse envoyée le 02/02/2013 par Ancien expert Ooreka

Trés bonne réponse de Banzaï ,
Bien sur que plus il y a d'inertie , moins on consomme ,et cela tiend : à la masse ,et aux caractéristiques des matériaux solides employés ,dans ce domaine ,le matériaux le plus performant en accumulation ,qui de plus est naturel ,donc écologique ; c' est le "coeur de pierre de lave".

Et je confirme qu' il ne faut jamais en période de chauffe ,couper son chauffage durant son absence ,car à son retour la remontée à la température qui nous convient ,entrainera une consommation supérieure à l' économie faite durant la coupure.
Pour éviter toute polémique,et si il restait un doute quand à cette affirmation, je rappel que c' est tellement vrai que l' état , par un de ses organismes officiel : l' "ADEME" le confirme !!
Vous avez d' ailleurs des fabricants, comme le Français : "VULCANOS", qui avec leur systéme de gestion, régule celà trés bien, et au demi degré prés , heure par heure ,et jour par jour. Car on n' est pas dans toutes les piéces d' une maison, aux mêmes heures, et les heures en plus, varient en fonction des jours !
Par exemple: la salle de bain, du lundi au vendredi entre 6h et 8h ,quand on travail ;
et entre 8h et 10h le weekend !
Bonne journée

Signaler cette réponse
2

personnes ont trouvé cette réponse utile

1 commentaire

Commentaire posté le 02/02/2013 par Banzaï

La précieuse grâce matinée du week-end !
Et je rajouterai : la surconsommation ET l'inconfort des murs froids
Bon week-end Pierre

Signaler ce commentaire

Réponse envoyée le 04/02/2013 par ASTER Diagnostics Immobiliers

Cher Bernard,

Votre doute a ses raisons ... Si vous coupez le chauffage lors de votre absence, même courte, vous consommerez moins d'énergie qu'en le laissant ! Si vous avez un doute faites le test pendant une semaine en relevant les températures extérieures et vous verrez. Cette croyance (qui perdure de toute évidence) disant que si on arrête le chauffage on consommera plus d'énergie vient d'une communication d'EDF ancienne : si tous les français coupaient leur chauffage on aurait un problème de régulation de la fourniture de cette énergie électrique du fait que les centrales nucaléaires ne se régulent pas aussi vite que cela le nécessiterait.

Vous dépensez en effet aucune énergie et aucune puissance si vous coupez dans la journée, le soir la pussance est effectivement plus élevée que celle qui aurait été appelée dans la journée mais l'énergie sera moindre que si vous aviez laissé le chauffage en réduit.

Cordialement.

http://www.astergenieclimatique.fr

Diagnostics immobiliers & Formations en DPE

Signaler cette réponse
1

personne a trouvé cette réponse utile

1 commentaire

Commentaire posté le 04/02/2013 par Banzaï

Bonjour Aster : vous parlez d'une coupure de 1 journée et sous entendez probablement une excellente isolation ... donc là vous auriez raison.
Maintenant au delà de cette journée c'est une autre paire de manche. Étant chauffé au bois et bien isolé (pas de chauffage au ralenti en mon absence prolongée) je parle d'expérience .... au bout de 2 semaines (Noël) sans chauffage, il faut 1 semaine pour revenir aux conditions standards .... et cela se sent en terme de confort et de consommation de bois.

Signaler ce commentaire

Réponse envoyée le 06/02/2013 par ASTER Diagnostics Immobiliers

Vous avez aussi raison ... mais onparle d'un autre aspect, celui de la durée de la remise en régime, celle-ci étant au passage liée à l'isolation (ou non ) de l'enveloppe et également à la (sur)puissance de votre génération. La puissance appelée est en effet supérieure lors d'une remise en régime mais au final, sur une même période de temps, je confirme (et c'est le cas aussi bien en pratique qu'en théorie c'est à dire mathématiquement) que la consommation d'énergie sera plus élevée si on laisse un réduit plutôt que d'arrêter purement et simplement le chauffage. Le portefeille se trouve plus à l'aise mais il est clair que durant la remontée de tempértaure,c'est le confort qui en prend un coup.

Cordialement.

http://www.astergenieclimatique.fr

Signaler cette réponse
1

personne a trouvé cette réponse utile

1 commentaire

Commentaire posté le 06/02/2013 par Banzaï

Reste donc qu'à coût quasiment égal ... la nette perte de confort durant 1 semaine. Et la surpuissance ... OK .... sauf que les générateurs sont rarement surdimensionnés à outrance (coût et rendement).
Maintenant il y a la théorie et la pratique ... chaque logement a ses caractéristiques propres. Donc si Bernard n'est pas convaincu pas nos propos, je lui suggère de tenter une expérimentation par relevés de consommations dans les 2 cas de figures à faire dans des conditions climatiques à peut prêt identiques et sur des durées égales de 1 semaine environ.
Cordialement

Signaler ce commentaire

Réponse envoyée le 06/02/2013 par Ancien expert Ooreka

Merci de ces échanges fructueux sur ma question.
Je constate que nous sommes d'accord que réduire la température, réduit la consommation: salle de bain, nuit, abscence. La question devient:; de combien de degrés suivant la durée à chauffage réduit ?
Reste la remise en température. Suite à la recommendation d'un istallateur (sérieux) de pompe à chaleur, j'ai testé une remise en température avec une eau à 65 degrés. On s'est gelé pendant 3 jours.
Avec de l'eau à 80 degrés et une flambée dans la cheminée, cela a pris 3 heures, ce qui est acceptable.
Mes mesures (grossiéres) me donne une économie de 100 € pour un arrêt du chauffage pendant 15 jours.

Signaler cette réponse
0

personnes ont trouvé cette réponse utile

0 commentaire

Réponse envoyée le 06/02/2013 par ASTER Diagnostics Immobiliers

La réalité a donc parlé !

Signaler cette réponse
0

personnes ont trouvé cette réponse utile

0 commentaire

Réponse envoyée le 06/02/2013 par Banzaï

15 jours commencent à être une durée conséquente pour un chauffage même au ralenti ... mais 1 semaine ??? Car en 1 semaine de plus la température ne devrait pas descendre beaucoup plus bas ... donc l'énergie pour remonter la température sera quasiment ma même ... à comparer à 1 semaine de conso au ralenti au lieu de 2.

Signaler cette réponse
0

personnes ont trouvé cette réponse utile

0 commentaire

Réponse envoyée le 14/11/2013 par Ancien expert Ooreka

Courte durée! c'est quoi? si vous êtes absent une matinée ou un âpres midi ou la journée Oui! vous baissez la T° de 3° surtout si votre logement n'est pas bien isolé. Si vous avez un logement bien isolé et une bonne exposition vous laissez à 19°. et vous baissez à 17° pour la nuit en fermant les volets.

Signaler cette réponse
0

personnes ont trouvé cette réponse utile

0 commentaire

Réponse envoyée le 15/11/2013 par Ancien expert Ooreka

Et si vous avez un chauffage au sol, la remontée en température se compte en journée(s) avant de réchauffer les pièces ! L'inertie vient de la dalle en béton et des murs en parpaings + platre traditionnel, isolation par l'extérieur, quand au refroidissement inéluctable, c'est via une ventilation double flux.
Je ne coupe plus, je réduit de 2 ou 3° pour une semaine....
La construction a 27 ans, et le principe est aujourd'hui toujours d'actualité...

Signaler cette réponse
0

personnes ont trouvé cette réponse utile

1 commentaire

Commentaire posté le 18/11/2013 par Anonyme

He bien dans ce cas de forte inertie, par exemple 3 jours de remontée en température, coupez le chauffage 3 jours avant votre depart. Vous allez economiser ces 3 jours et profiter cependant du confort par l'inertie.
Et rallumez le jour du depart, il fera bon a votre retour.

Signaler ce commentaire

Réponse envoyée le 15/11/2013 par Ancien expert Ooreka

Merci de ces échanges fructueux. Je suis heureux d avoir choisi un chauffage assez puissant pour remettre la maison en température rapidement et de ne pas consommer quand je ne suis pas là.
je comprend la position de ceux qui équipé en chauffage au sol a basse température ou pompe à chaleur à 65 degrés ont forcément une pratique différente.

Signaler cette réponse
0

personnes ont trouvé cette réponse utile

0 commentaire

Réponse envoyée le 15/11/2013 par Ancien expert Ooreka

eh bien, on aimerait bien savoir la réponse finale !
Moi, je réduis mon chauffage dans la journée (puisque je ne suis pas chez moi). Je mets le programme du radiateur sur ECO.
Et le soir, je le remets en mode normal. Si je comprends bien, j'ai tort ?!

Signaler cette réponse
0

personnes ont trouvé cette réponse utile

1 commentaire

Commentaire posté le 15/11/2013 par Anonyme

mais non c'est très bien comme ca.

Signaler ce commentaire

Réponse envoyée le 15/11/2013 par Ancien expert Ooreka

Kaoline, je fais comme vous. Je coupe le chauffage quand je suis pas là dans la mesure ou mon installation permet de réchauffer les pièces rapidement .

Signaler cette réponse
0

personnes ont trouvé cette réponse utile

0 commentaire

Réponse envoyée le 16/11/2013 par Ancien expert Ooreka

Ah ! voilà qui me rassure. Je craignais de ne plus rien comprendre !

Oui, il y a une notion de durée, je l'ai remarqué. Mais cette notion de durée est peut-être toute relative.
Je m'explique : quand on met le chauffage électrique sur ECO dans la journée, le soir, en rentrant, la remontée en température est rapide quand on le remet en mode normal, c'est sûr.
Mais cela dépend aussi de la température extérieure. Dans un appartement bien isolé, avec double vitrage argon/air, il y a un écart de température d'environ 10 degrés entre la température extérieure et la température de la pièce.
Aussi, quand il fait 10 °C dehors, la température de la pièce peut rester à environ 20 °C.
S'il fait 5 °C dehors, la température de la pièce descendra davantage aussi. Elle sera à 15 °C si on met le radiateur sur ECO pour la journée.
Et c'est tout. Je ne crois pas que cela changera beaucoup lors d'une absence d'une semaine ou même 15 jours. (?)
Je tente l'expérience cette année.

Il y a un autre mode de chauffage dont on parle peu : l'énergie émise par les ordinateurs d'entreprise et qui est récupérée pour chauffer les ménages modestes.

Si quelqu'un a fait l'expérience dans ce domaine, cela m'intéresserait.

Je trouve ce site intéressant. On y apprend beaucoup de choses ! Merci à tous.

Signaler cette réponse
0

personnes ont trouvé cette réponse utile

0 commentaire

Réponse envoyée le 16/11/2013 par Ancien expert Ooreka

Je suis étonné qu'a ce jour on se pose toujours autant de questions sur la régulation du chauffage.
C'est si simple à comprendre,
il y a une chose que personne n'a parlé et qui est certainement le plus important c'est l'humidité de l'air dans la maison, plus l'air est sec plus il es facile à chauffer. dans un air qui est humide il faut chauffer l'eau qui est dans l'air d'ou une surconsommation et un air malsain.
pour "KALOLINE" Chauffer les ménages modestes avec la chaleur des ordinateurs d'entreprises????? Si vous avez des ordinateurs, des écrans et aussi télévision chez vous Oui vous avez une chaleur importante qui est dégagé mais le thermostat d'ambiance en tient compte car il se mettra en route moins souvent.
Marc

Signaler cette réponse
0

personnes ont trouvé cette réponse utile

0 commentaire

Réponse envoyée le 16/11/2013 par Ancien expert Ooreka

Mon cher Petitphap, on voit bien que tu ne dois pas lire le journal dans le métro car cette technique n'est pas nouvelle et existe bel et bien via la société Quarnot Computing.

http://www.20minutes.fr/planete/1116009-20130311-chauff...

Pour l'humidité de l'air, tu as peut-être raison... mais, de nos jours, une maison humide, euh... il y a longtemps que je l'aurais vendue !

Et puis, bon, on est là pour apprendre et discuter... Quoi d'étonnant à cela ?

Signaler cette réponse
0

personnes ont trouvé cette réponse utile

1 commentaire

Commentaire posté le 16/11/2013 par Anonyme

Oui Kaoline tu as raison sur la discussion.
je pense que les jeunes ne sont pas forcément au courant des économies d'énergie et du comment faire.
Il n'y a pas de métro en Bretagne pour faire de la lecture et pour précision je vois pas comment on peut transférer la chaleur des ordinateur d'une entreprise vers des logements modeste, il manque quelque chose à ta discussion.On peu récupérer la chaleur qui s'échappe de la VMC par échange thermique et la renvoyer vers les pièces principales (VMC double flux) mais c'est le même logement,

Signaler ce commentaire

Réponse envoyée le 16/11/2013 par Ancien expert Ooreka

Tu es breton... Donc, je comprends que tu ne sois pas tous les jours dans le métro (sourire) ! Il y a une très forte humidité en Bretagne, je le sais, puisque je suis bretonne moi-même, mais cela concerne surtout les maisons anciennes qui ont été bâties à la va-vite après la guerre de 1939-1945. C'est malheureusement un problème très difficile à régler.
Le but de ce forum était principalement de savoir s'il fallait laisser fonctionner le chauffage en cas d'absence, ou de le couper ou de mettre en mode ECO. J'aurai ma réponse avec mes factures !
Je pense que la notion d'humidité est déjà inscrite dans la durée. Si tu mets beaucoup de temps (et d'énergie) à réchauffer un endroit humide, ma foi, tu auras compris... non ?
Pour le chauffage via des ordinateurs, tu peux cliquer sur le lien que je t'ai indiqué plus haut ou aller visiter le site de la sociéte Quarnot (ou Qarnot ?) Computing. C'est très bien expliqué. On appelle cela le chauffage numérique. Il est gratuit. Je crois vraiment que c'est la voie de l'avenir.

Signaler cette réponse
0

personnes ont trouvé cette réponse utile

0 commentaire

Réponse envoyée le 16/11/2013 par Ancien expert Ooreka

Les maisons de la deuxième guerre mondiale il n'y en plus beaucoup.
Il fait toujours plus humide dans une maison qu'a l'extérieur même avec isolation, d'ou la difficulté de réchauffer une pièce quand on a coupé le chauffage toute une semaine.
j'ai travaillé 40 ans dans le chauffage toutes énergies et tous systèmes, à réaliser les études de déperditions et conseiller au mieux les besoins des clients.
Oui! il y aura dans l'avenir d'autres moyens de chauffage.
je rechercherai par curiosité chauffage ordinateurs.
je sais que quand mon garçon laisse son ordinateur 24/24 il fait chaud dans sa c
hambre.
Cordialement je suis de TREBEURDEN (22)

Signaler cette réponse
0

personnes ont trouvé cette réponse utile

0 commentaire

Réponse envoyée le 16/11/2013 par Ancien expert Ooreka

Attention, je parlais des maisons qui ont été construites APRES la 2ème guerre mondiale. Je suis de Lorient où tout a été détruit à pratiquement 100 %., j'en sais donc quelque chose. Mais je vis à Paris.
Toi, tu parles de couper le chauffage... Moi, je parle de mettre mes radiateurs en mode ECO quand je m'absente.
Même cela, je ne suis pas convaincue que cela va me coûter moins cher que de les laisser fonctionner en permanence.
That is the question.

Signaler cette réponse
0

personnes ont trouvé cette réponse utile

0 commentaire

Signaler cette réponse

personnes ont trouvé cette réponse utile

1 commentaire

Commentaire posté le 19/01/2014 par Anonyme

Bonjour
Il suffit d'aller sur les sites de l'ADEMME (ecocitoyens.ademe.fr) pour constater que maintenant l'ADEME préconise de diminuer le chauffage quand on est absent et même de mettre en hors gel quand c'est une absence de longue durée. C'est heureux car toutes les lois de la thermiques, largement vérifiées par l'expérience, permettent de constater que plus il fait chaud dans une maison, plus les pertes sont importantes. La remise en température va provoquer inévitablement une consommation plus élevée mais cette dernière est obligatoirement inférieure à l'énergie dépensée pour maintenir une température élevée, humidité ou pas humidité. C'est donc ASTER, manifestement un spécialiste du sujet, qui a donné la bonne réponse et il est inexacte d'affirmer "Pour éviter la redescente du bloc thermique trop bas, dont le relèvement nécessiterait une dépense d’énergie supérieure à son maintien" Les ouvrages de thermique disent tous le contraire et l'ADEME n'écrit plus cette contrevérité dans aucun des documents qu'elle édite depuis quelques années.
Cordialement,
LD

Signaler ce commentaire

Réponse envoyée le 19/01/2014 par ASTER Diagnostics Immobiliers

Moi je vote pour Dely ;) !!!

Cordialement.

Signaler cette réponse
0

personnes ont trouvé cette réponse utile

0 commentaire

Réponse envoyée le 19/01/2014 par Ancien expert Ooreka

Merci Dely, voici enfin une réponse claire basée sur une recommandation récente de l'ADEM.
J'ai posé la question initiale il y a un an car je ne voyais pas la nécessité de maintenir la température en cas d'absence.
cette position a généré plusieurs critiques plus ou moins amicales que l'on peut retrouver ci dessus. J'espère que les contradicteurs sont eux aussi d'accord maintenant qu'il est inutile de chauffer en cas d'absence (sauf hors gel). Bernard 06

Signaler cette réponse
0

personnes ont trouvé cette réponse utile

0 commentaire

Réponse envoyée le 19/01/2014 par ASTER Diagnostics Immobiliers

Merci Bernard ;)

Signaler cette réponse
0

personnes ont trouvé cette réponse utile

1 commentaire

Commentaire posté le 25/09/2015 par Anonyme

Si on a une maison isolée par l'intérieur qui se réchauffe très vite, on peut davantage réduire ou fermer le chauffage lorsqu'on s'absente.
Par contre si maison non isolée, si on arrête ou qu'on réduit trop, ce sera long de remonter en température.

Il ne faut pas oublier le renouvellement d'air nécessaire, et même indispensable qui fait qu'une certaine quantité de chaleur part.

Dans une maison en bois, on peut arrêter ou réduire la température, puisqu'on remontera vite, par contre dans une maison en pierre, si on baisse trop,on aura plus de difficulté à remonter en température.

Si l'absence est longue, (plusieurs jours) mieux vaudra arrêter le chauffage ce qui fera économiser, et on remontera progressivement la température au retour.

Signaler ce commentaire

Ooreka vous remercie de votre participation à ces échanges. Cependant, nous avons décidé de fermer le service Questions/Réponses. Ainsi, il n'est plus possible de répondre aux questions et aux commentaires. Nous espérons malgré tout que ces échanges ont pu vous être utile. À bientôt pour de nouvelles aventures avec Ooreka !